Motion du GALET contre le projet de réforme des concours de recrutement

Le Groupement des associations de langues et d’études étrangères (GALET) se prononce fermement contre le projet de réforme des concours de recrutement comme le CAPES de Langues Vivantes Étrangères, telle qu’elle est actuellement envisagée par le Ministère, sans avoir fait l’objet de consultation collégiale auprès de la communauté des enseignants et des formateurs du secondaire et du supérieur.

Cette réforme représente, tout d’abord, un danger pour la qualité de l’enseignement des langues vivantes. En effet, le concours de recrutement des futur.e.s enseignant.e.s tel qu’il est actuellement présenté implique une réduction sensible de l’évaluation des compétences culturelles et linguistiques des candidat.e.s. Dans le projet actuel, les épreuves écrites se composeraient d’un seul écrit disciplinaire — sans qu’il soit, pour l’heure, précisé s’il se fera dans la langue étudiée — et d’une épreuve de nature pédagogique. Quant aux épreuves orales, elles visent essentiellement à évaluer les compétences pédagogiques des candidat.e.s (présentation d’un cours et entretien) et, de surcroît, aucune d’entre elles ne serait évaluée dans la langue qui aura vocation à être enseignée par les candidat.e.s. En somme, la part de compétences disciplinaires serait réduite à une épreuve sur quatre, dont la nature n’est pas connue à ce jour et dont le coefficient est moindre puisqu’il s’agit d’une épreuve écrite. En l’état, l’évaluation des compétences linguistiques des candidats à un CAPES de langues vivantes n’est pas garantie.

Par ailleurs, le calendrier envisagé rend impossible la conception d’une offre de formation adaptée pour la rentrée 2020, d’autant plus que l’absence de concertation de l’ensemble des intervenants qui prennent part à la formation des candidat.e.s et futur.e.s enseignant.e.s (équipes pédagogiques et responsables de parcours, tant dans les INSPÉ que les universités, formateurs du secondaire, etc.) et le peu de précisions fournies — notamment, sur la nature exacte des épreuves — rendent intenables dans la pratique la mise en place d’une telle réforme.

Enfin, le choix d’une année de M2 en alternance conférerait aux étudiant.e.s un statut précaire de contractuel.le.s et ne leur permettrait ni une préparation solide du concours, ni un exercice du métier d’enseignant.e avec un accompagnement et une formation continuée indispensables à la pratique de classe.

Fort de sa mission de défense des études étrangères, le GALET insiste sur la nécessité de fournir aux futur.e.s enseignant.e.s une formation exigeante et de qualité dans tous les domaines suivants : non seulement les langues, mais aussi les arts, les littératures, les cultures et les civilisations étrangères et régionales. De ce fait, il réclame un moratoire sur le projet de réforme du concours du CAPES et de l’organisation des enseignements au sein du Master MEEF et insiste sur la nécessité de consulter l’ensemble des acteurs de la communauté enseignante en amont de tout projet de réforme éducative.

Fait à Paris, le 22 décembre 2019

Motion de la 11e section du CNU sur le suivi de carrière (mai 2018)

Voici, ci-dessous, le texte de la motion à propos du suivi de carrière adoptée par la 11e section du CNU :

“La section 11 du CNU, réunie en Assemblée générale le 16 mai 2018 lors de la session des avancements à l’Université d’Aix-Marseille, réitère sa décision de ne pas mettre en œuvre le suivi de carrière en 2018.”

Motion adoptée à l’issue d’un vote à bulletin secret par 44 oui et 1 blanc.