Information de la part du Groupe de Travail du CNU dénommé « Disciplines à petits effectifs d’enseignants-chercheurs »

DISCIPLINES À PETITS EFFECTIFS D’ENSEIGNANTS-CHERCHEURS

Préliminaires 

Le Groupe de Travail du CNU dénommé « Disciplines à petits effectifs d’enseignants-chercheurs » réunit des spécialités soumises à des conditions diverses mais que fédère un socle commun : une position fragile au sein des universités, due au petit nombre d’enseignants-chercheurs qui les représentent. Y figurent plusieurs langues étrangères (allemand, langues scandinaves et baltiques, russe, polonais, tchèque et autres langues slaves, portugais, roumain, hongrois, arabe, chinois, hébreu, japonais, langues d’Asie du Sud et du Sud-Est), mais aussi des disciplines telles que le latin et le grec ancien, l’histoire du droit et des institutions ou l’épistémologie et l’histoire des sciences et des techniques. D’autres domaines au sein de spécialités mieux dotées en enseignants sont également concernés.

Si elles représentent numériquement moins d’1% des enseignants-chercheurs en France, ces spécialités occupent une importance stratégique dans le champ des savoirs et pour la place de la France dans le monde. A titre d’exemple, dans le champ des études classiques, chinoises, japonaises, indiennes, slaves ou arabes, l’école française a longtemps été réputée au niveau mondial pour ses savants, pour ses avancées, pour sa tradition. Mais si l’expertise française du travail sur les sources premières est encore internationalement reconnue, elle ne suffit plus à attirer les étudiants étrangers qui ne sont plus tentés par la France dans cette branche des Humanités. 

Bilan 

Si l’on compare la situation française à celle d’autres pays européens, on constate que bien des universités voisines ont compris l’intérêt de préserver ces disciplines en abaissant le seuil du nombre d’étudiants exigé pour l’ouverture d’un cours, en sanctuarisant les effectifs d’enseignants-chercheurs, en prenant en compte leur rayonnement international, en encourageant des projets de recherche spécifiques et en ouvrant des contrats doctoraux pour les étudiants étrangers comme pour ceux de leur pays.

Par contraste, le constat en France fait apparaître une chute rapide des effectifs d’enseignants, leur précarisation croissante et un risque de disparition à brève échéance, au niveau local ou national.

Dans nos disciplines, sur l’ensemble du territoire national, les formations souffrent de manques d’effectifs enseignants et de mauvaises conditions de travail dont pâtissent les étudiants. 

Quand bien même il reste des formations véritablement dédiées à nos disciplines, les enseignants-chercheurs sont contraints à une polyvalence qui les fait sortir non seulement de leur socle de spécialité mais encore du périmètre de leur formation générale. Ainsi, il n’existe à l’heure actuelle en France que deux géographes spécialistes de la Chine, deux spécialistes du droit chinois, un seul du droit japonais. 

Lorsque la situation se détériore plus encore, nos enseignements sont relégués dans des compositions hybrides ou sont uniquement dispensés dans le cadre de diplômes universitaires (DU). Or ce type de formations très limitées ne permet pas de préparer des étudiants à la poursuite d’études en master ou en doctorat dans les universités qui proposent encore ces diplômes nationaux. Ainsi, pour diverses disciplines, des vides régionaux se créent et les inégalités territoriales se creusent.

Les conditions faites à nos disciplines qui menacent leur dynamisme sur le territoire sont préjudiciables pour les jeunes générations, de ce fait moins bien formées qu’ailleurs en Europe, poussant les meilleurs de ces étudiants à partir à l’étranger (Allemagne, Royaume-Uni, États-Unis, Suisse…), là où les conditions d’accueil, d’enseignement et d’encadrement apparaissent bien plus favorables. 

Cette logique de paucité et de paupérisation nuit gravement à la qualité et la continuité de la production de savoir dans les domaines concernés, qu’il s’agisse de l’intelligence d’autres civilisations, d’une réflexion approfondie sur des phénomènes linguistiques, ou encore d’enquêtes sur le développement de la science hors de l’Europe. 

Il arrive aujourd’hui fréquemment qu’une spécialité ne subsiste plus qu’à la charge d’un enseignant isolé voire non titulaire, qui dans de telles conditions ne peut généralement pas se livrer à des activités de recherche ; la faiblesse quantitative des enseignants-chercheurs de certaines disciplines entraîne l’isolement de ces derniers au sein d’équipes de recherche à large spectre, dans lesquelles leur domaine spécifique se voit condamné à une forme d’invisibilité. Ce déséquilibre a des retombées évidentes sur la politique des contrats doctoraux, qui n’ont guère de chance d’être octroyés aux représentants de ces disciplines au sein des nouvelles générations. 

La conjugaison de ces sombres perspectives et de ces positions marginalisées a pour effet d’assécher le vivier étudiant et d’interrompre à terme la transmission et le renouvellement des savoirs entre générations. Des pans entiers d’une recherche de qualité pour lesquels la France était reconnue s’en trouvent gravement affectés et sont en train de disparaître. Au-delà de nos universités nationales, les réseaux universitaires internationaux s’en trouvent affaiblis. 

Il est donc urgent d’agir. 

Propositions

Seules une réflexion, une action et une coordination concertées au niveau national pourront enrayer cette “spirale du déclin”. Laisser le sort de nos disciplines entre les mains de responsables locaux, au nom de l’autonomie des universités, n’aboutit qu’à pérenniser les grandes disciplines, et à confier celles que nous représentons aux aléas des mandats des présidences et des décanats : soutenues pour 5 ans, rejetées pour 5 ans. Or, une fois qu’un enseignement ou qu’un poste est supprimé pour une discipline, il est très difficile à un nouveau président ou un nouveau doyen de le réinstaurer. 

Pour enrayer ce phénomène, divers pays ont adopté pour ces disciplines une politique de recherche et d’enseignement de long terme et engagé les universités à les protéger avec des moyens d’actions convenus entre le ministère et les présidences. 

Sans remettre en cause les choix allant en France dans le sens d’une plus grande autonomie des universités, nous demandons que des mesures soient prises dans notre pays pour valoriser nos disciplines.

A cette fin, nous souhaitons la pérennisation d’un observatoire des disciplines à petits effectifs d’enseignants-chercheurs jouant un rôle d’analyse et de pilotage d’une politique scientifique à long terme conciliant le local comme le national et dont l’un des objectifs serait de préserver un maillage équilibré sur l’ensemble du territoire.

Par ailleurs, parmi les propositions communes à notre groupe susceptibles d’améliorer la situation de nos disciplines, nous demandons : 

pour la situation des enseignants-chercheurs et la qualité de l’enseignement dispensé :

  • de conserver le nombre de PR et de MCF existant aujourd’hui et de compenser les pertes récentes ; 
  • corollairement de ne pas transformer des postes de PR en MCF, de MCF en PRAG/PRCE etc ;
  • de maintenir les agrégations : l’agrégation du supérieur en histoire du droit (section 03) ; les agrégations du secondaire en langues (sections 8 et 12 à 15) ;
  • de faciliter les mutations ou les mises à disposition afin de renforcer ou de créer des pôles d’enseignement et de recherche pour les enseignants qui le souhaitent ; 
  • de veiller à un meilleur repyramidage des postes MCF/PR, par le biais d’un sur-contingentement de promotion pour les disciplines rares dans les petits et moyens établissements, afin de compenser les difficultés d’évolution de carrière ;

pour la transmission des savoirs, l’attractivité auprès des étudiants et une égalité sur le territoire :

  • afin de préserver la biodiversité à l’université :
  • d’obtenir des contrats doctoraux fléchés pour nos disciplines ; 
  • de conserver les diplômes nationaux pour ces disciplines dans les régions de France ; 
  • de préserver les parcours existants en agissant contre les “violences institutionnelles” de directions d’universités ; 
  • de conserver les volumes horaires de nos disciplines dans la formation initiale (CM et TD) au sein des maquettes d’enseignement ;
  • d’abaisser le seuil du nombre d’étudiants exigé pour l’ouverture des cours dans les diplômes de spécialité des disciplines rares pour éviter par exemple que nombre de langues dites rares ne soient plus enseignées que dans le cadre de diplômes d’universités dont la pertinence est limitée pour former des étudiants au monde du travail comme à celui de la recherche (sections 12 à 15) ;
  • afin de favoriser l’interdisciplinarité :
  • de réglementer les mutualisations des cours pour respecter les spécificités des enseignements (par exemple LLCER/ LEA) et ne pas nuire aux étudiants qui n’ont ni les mêmes connaissances préalables ni les mêmes objectifs d’apprentissage ;
  • de valoriser dans les cursus de licence et de master l’apprentissage des langues à petits effectifs enseignants au lieu de privilégier la seule langue anglaise (voir le décret du 5 avril 2020) ;
  • de favoriser la présence de nos disciplines à des niveaux transversaux des formations (par exemple, l’épistémologie et l’histoire des sciences et des techniques dans les cursus scientifiques, section 72) ;

pour la qualité de la recherche dans nos disciplines en France :

  • de veiller à la représentation de nos disciplines sur l’ensemble du territoire national pour éviter les “déserts du savoir” en les laissant exister seulement sur deux ou trois universités parisiennes ou provinciales, voire disparaître entièrement ;
  • de soutenir les équipes de recherche spécifiques à ces disciplines rares, là où elles existent encore, et de valoriser leurs résultats avec des moyens adéquats (postes ATER, personnels BIATSS de soutien à l’ingénierie de la recherche), ainsi que l’intégration d’enseignants-chercheurs isolés en préservant leurs conditions de travail et leur spécificité ;
  • de favoriser un dynamisme national avec une politique de valorisation et d’appui de nos disciplines dans les diverses institutions de soutien, d’organisation et d’évaluation de la recherche (IUF ; ANR ; CNRS ; HCERES etc.) ;
  • de veiller à une coordination du secondaire et du supérieur qui puisse assurer la qualité de nos disciplines au niveau de l’enseignement comme de la recherche.

Motion du GALET contre le projet de réforme des concours de recrutement

Le Groupement des associations de langues et d’études étrangères (GALET) se prononce fermement contre le projet de réforme des concours de recrutement comme le CAPES de Langues Vivantes Étrangères, telle qu’elle est actuellement envisagée par le Ministère, sans avoir fait l’objet de consultation collégiale auprès de la communauté des enseignants et des formateurs du secondaire et du supérieur.

Cette réforme représente, tout d’abord, un danger pour la qualité de l’enseignement des langues vivantes. En effet, le concours de recrutement des futur.e.s enseignant.e.s tel qu’il est actuellement présenté implique une réduction sensible de l’évaluation des compétences culturelles et linguistiques des candidat.e.s. Dans le projet actuel, les épreuves écrites se composeraient d’un seul écrit disciplinaire — sans qu’il soit, pour l’heure, précisé s’il se fera dans la langue étudiée — et d’une épreuve de nature pédagogique. Quant aux épreuves orales, elles visent essentiellement à évaluer les compétences pédagogiques des candidat.e.s (présentation d’un cours et entretien) et, de surcroît, aucune d’entre elles ne serait évaluée dans la langue qui aura vocation à être enseignée par les candidat.e.s. En somme, la part de compétences disciplinaires serait réduite à une épreuve sur quatre, dont la nature n’est pas connue à ce jour et dont le coefficient est moindre puisqu’il s’agit d’une épreuve écrite. En l’état, l’évaluation des compétences linguistiques des candidats à un CAPES de langues vivantes n’est pas garantie.

Par ailleurs, le calendrier envisagé rend impossible la conception d’une offre de formation adaptée pour la rentrée 2020, d’autant plus que l’absence de concertation de l’ensemble des intervenants qui prennent part à la formation des candidat.e.s et futur.e.s enseignant.e.s (équipes pédagogiques et responsables de parcours, tant dans les INSPÉ que les universités, formateurs du secondaire, etc.) et le peu de précisions fournies — notamment, sur la nature exacte des épreuves — rendent intenables dans la pratique la mise en place d’une telle réforme.

Enfin, le choix d’une année de M2 en alternance conférerait aux étudiant.e.s un statut précaire de contractuel.le.s et ne leur permettrait ni une préparation solide du concours, ni un exercice du métier d’enseignant.e avec un accompagnement et une formation continuée indispensables à la pratique de classe.

Fort de sa mission de défense des études étrangères, le GALET insiste sur la nécessité de fournir aux futur.e.s enseignant.e.s une formation exigeante et de qualité dans tous les domaines suivants : non seulement les langues, mais aussi les arts, les littératures, les cultures et les civilisations étrangères et régionales. De ce fait, il réclame un moratoire sur le projet de réforme du concours du CAPES et de l’organisation des enseignements au sein du Master MEEF et insiste sur la nécessité de consulter l’ensemble des acteurs de la communauté enseignante en amont de tout projet de réforme éducative.

Fait à Paris, le 22 décembre 2019

“Manifeste pour la reconnaissance du principe de diversité linguistique et culturelle dans les recherches concernant les langues”

Christian Tremblay, président de l’Observatoire européen du plurilinguisme, nous transmet la pétition suivante pour la reconnaissance du principe de diversité linguistique et culturelle dans les recherches concernant les langues :

Au fil des années, et cela depuis plusieurs décennies, les institutions de l’enseignement supérieur enjoignent, progressivement, et de manière de plus en plus pressante, aux enseignantes-chercheures et enseignants-chercheurs (EC) d’accroître leur visibilité internationale. Il est normal que les EC se préoccupent de participer aux débats internationaux dans leurs disciplines. Cela se fait lors de colloques et au fil d’articles, non pas à des fins publicitaires, mais pour confronter et échanger points de vue et postures théoriques dans un souci d’amélioration de la qualité de leurs travaux. L’indépendance des EC, qui est indispensable et constitutive de leurs fonctions, rend toute pression pour influencer ce processus non seulement inutile, mais surtout inappropriée.

[Lire la suite…]

La pétition est également accessible sur le site de l’OEP : https://www.observatoireplurilinguisme.eu/les-fondamentaux/langues-et-sciences/12937-manifeste-pour-la-reconnaissance-du-principe-de-diversit%C3%A9-linguistique-et-culturelle-dans-les-recherches-concernant-les-langues

“Des sciences sociales en filière LLCER ou pourquoi le mot « civilisation » ne convient plus en études étrangères”

La revue The Conversation vient de publier un article des Professeures Nathalie Caron et Caroline Rolland-Diamond à propos du mot « civilisation », dans le contexte des filières LLCER.

Si le point de vue adopté est celui d’ « américanistes », les auteures ont souhaité élargir la réflexion aux études étrangères, afin de donner un global avis représentatif.

L’article est consultable à l’adresse suivante.

Bonne lecture – et bonne rentrée – à tou.te.s !

Motion de la 11e section du CNU sur le suivi de carrière (mai 2018)

Voici, ci-dessous, le texte de la motion à propos du suivi de carrière adoptée par la 11e section du CNU :

“La section 11 du CNU, réunie en Assemblée générale le 16 mai 2018 lors de la session des avancements à l’Université d’Aix-Marseille, réitère sa décision de ne pas mettre en œuvre le suivi de carrière en 2018.”

Motion adoptée à l’issue d’un vote à bulletin secret par 44 oui et 1 blanc.

Compte rendu des deuxièmes rencontres du GALET

16 mars 2018, Cité Internationale Universitaire

Jean-Luc Nardone, le président de la SIES, accueille les présents à la Maison de l’Italie. La matinée est consacrée à deux premières réflexions autour de nos spécialités et des champs disciplinaires qui lui sont propres. Deux objectifs sont visés :

1) faire connaître nos spécialités, autrement dit « ce que nous faisons » ;

2) démentir l’idée que nous ne sommes que des enseignants de langue.

Des disciplines en études étrangères

Maison de l’Italie Continuer la lecture de « Compte rendu des deuxièmes rencontres du GALET »

“Pour une gouvernance linguistique des universités et des établissements d’enseignement supérieur” Appel à communication

Colloque : Pour une gouvernance linguistique des universités
et des établissements d’enseignement supérieur
Paris, 8-9 novembre 2018

Sous le haut patronage de Monsieur Emmanuel MACRON, Président de la République et sous le patronage et avec la collaboration du Ministère de la Culture (DGLFLF) et de la Conférence des Grandes Écoles (CGE).

Tous les établissements d’enseignement supérieur sont des acteurs des politiques linguistiques.
Cependant la conscience de cette dimension de leurs responsabilités éducatives et sociétales n’est pas également partagée. Continuer la lecture de « “Pour une gouvernance linguistique des universités et des établissements d’enseignement supérieur” Appel à communication »

Assemblée générale du GALET 2018

L’assemblée générale du GALET a eu lieu cet après-midi.

Les (vice-)présidents et présidentes de l’AGES, l’AFEC, l’AFR, l’AFEA, la SHF, la SAES et la SIES présents cet après-midi à la Cité internationale universitaire de Paris.

Deuxièmes Rencontres du GALET, le 16 mars 2018

Les Deuxièmes Rencontres du GALET auront lieu le vendredi 16 mars 2018 à la Cité internationale universitaire de Paris, dans le prolongement des États généraux qui se sont tenus en mars 2017. La journée sera ponctuée de quatre conférences autour de la notion de « Disciplines en études étrangères ». En voici, ci-dessous, le programme détaillé : 

Matinée à la Maison de l’Italie, à partir de 10h30

« Des disciplines en études étrangères »

– Céline Frigau Manning, Paris 8 (SIES) « Le gai traduire. Pratiques de la traduction théâtrale à l’Université »

– Nathalie Caron, Sorbonne Université, et Caroline Rolland-Diamond, Paris Nanterre (AFEA) : « Pourquoi le mot civilisation ne convient pas »

– Monica Michlin, Montpellier 3 (AFEA) : « Langues et études étrangères : nos disciplines en danger ? » 

Après-midi au Collège franco-britannique, à partir de 14h30

Assemblée générale du GALET | Ordre du jour :

– Situation des différentes associations faisant partie du GALET

– Structuration du GALET

– Compte rendu du rendez-vous à la DGESIP avec Anne-Sophie Barthez, conseillère formations de Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

– Les concours

– ParcourSup

– Quelle université pour demain ?

– Questions diverses

 Conférence de clôture à 16h30 : Jacques Terrasa,  Sorbonne Université (SHF) : « Des arts visuels »

Cité internationale universitaire de Paris | 17, bd. Jourdan | 75014 Paris (RER B : Cité Universitaire)

En espérant vous y voir nombreux !

États généraux du GALET, mars 2017

Le GALET a organisé les 16 et 17 mars 2017 des États généraux intitulés « Réflexions sur la recherche en études étrangères et sur la place des langues dans l’enseignement supérieur ».

Cette manifestation a eu pour vocation de rassembler les enseignants-chercheurs spécialistes de ces différents domaines liés aux « cultures étrangères », d’établir un bilan général des spécificités de chaque aire culturelle, et d’échanger avec les représentants du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, des GIS et du CNRS.

Dans le compte rendu de ces États généraux, vous trouverez notamment :

– une présentation des différentes sociétés membres du GALET
-une synthèse des actions passées du GALET
– le texte de la conférence d’Astrid Guillaume (Observatoire européen du plurilinguisme), sur « La pluralité des langues à l’université ».
– le texte de la conférence d’Annick Horiuchi (Paris Diderot), « Rendre moins “rares” et plus visibles les langues : le cas des études asiatiques »
– une synthèse des différentes tables rondes et présentations autour des axes thématiques suivant : « Langues et recherche » « Pour un enseignement LANSAD de qualité” | « la structuration de la recherche dans le champ des aires culturelles en France ».

Le Groupement des Associations de Langues et d’études ETrangères

Le GALET défend les études étrangères et promeut le plurilinguisme dans l’enseignement supérieur français. Il revendique également la nécessité du maintien et du développement, dans le secondaire comme le supérieur, de l’enseignement des langues et des cultures.

Il est actuellement composé de l’AFDA (Association Française des Arabisants), l’AFEA (Association Française d’Etudes Américaines), l’AFEC (Association française d’études chinoises), la AFR (Association Française des Russisants), l’AGES (Association des Germanistes de l’Enseignement Supérieur), le Comité inter-universitaire des études arabes (CIDEA), la SAES (Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur), la SEJ (Société des Études Juives), la SEN (Société Française des études néo-helléniques) la SFEJ (Société Française des Etudes Japonaises), la SFEMT (Société française d’études du monde tibétain) , la SHF (Société des Hispanistes Français de l’Enseignement Supérieur), la SIES (Société des Italianistes de l’Enseignement Supérieur). Il est ouvert à toutes les sociétés savantes de langues et d’études étrangères.

Le présent carnet vise à diffuser les informations relatives aux activités du GALET, à savoir : les annonces de chaque Rencontre annuelle de ce groupement d’associations et leur compte-rendu détaillé, mais aussi toutes les actions menées par le GALET en faveur de la recherche en études étrangères et de la réflexion autour de la place des langues dans l’enseignement supérieur (au travers, notamment, de réunions périodiques avec la Direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle).