Information de la part du Groupe de Travail du CNU dénommé « Disciplines à petits effectifs d’enseignants-chercheurs »

DISCIPLINES À PETITS EFFECTIFS D’ENSEIGNANTS-CHERCHEURS

Préliminaires 

Le Groupe de Travail du CNU dénommé « Disciplines à petits effectifs d’enseignants-chercheurs » réunit des spécialités soumises à des conditions diverses mais que fédère un socle commun : une position fragile au sein des universités, due au petit nombre d’enseignants-chercheurs qui les représentent. Y figurent plusieurs langues étrangères (allemand, langues scandinaves et baltiques, russe, polonais, tchèque et autres langues slaves, portugais, roumain, hongrois, arabe, chinois, hébreu, japonais, langues d’Asie du Sud et du Sud-Est), mais aussi des disciplines telles que le latin et le grec ancien, l’histoire du droit et des institutions ou l’épistémologie et l’histoire des sciences et des techniques. D’autres domaines au sein de spécialités mieux dotées en enseignants sont également concernés.

Si elles représentent numériquement moins d’1% des enseignants-chercheurs en France, ces spécialités occupent une importance stratégique dans le champ des savoirs et pour la place de la France dans le monde. A titre d’exemple, dans le champ des études classiques, chinoises, japonaises, indiennes, slaves ou arabes, l’école française a longtemps été réputée au niveau mondial pour ses savants, pour ses avancées, pour sa tradition. Mais si l’expertise française du travail sur les sources premières est encore internationalement reconnue, elle ne suffit plus à attirer les étudiants étrangers qui ne sont plus tentés par la France dans cette branche des Humanités. 

Bilan 

Si l’on compare la situation française à celle d’autres pays européens, on constate que bien des universités voisines ont compris l’intérêt de préserver ces disciplines en abaissant le seuil du nombre d’étudiants exigé pour l’ouverture d’un cours, en sanctuarisant les effectifs d’enseignants-chercheurs, en prenant en compte leur rayonnement international, en encourageant des projets de recherche spécifiques et en ouvrant des contrats doctoraux pour les étudiants étrangers comme pour ceux de leur pays.

Par contraste, le constat en France fait apparaître une chute rapide des effectifs d’enseignants, leur précarisation croissante et un risque de disparition à brève échéance, au niveau local ou national.

Dans nos disciplines, sur l’ensemble du territoire national, les formations souffrent de manques d’effectifs enseignants et de mauvaises conditions de travail dont pâtissent les étudiants. 

Quand bien même il reste des formations véritablement dédiées à nos disciplines, les enseignants-chercheurs sont contraints à une polyvalence qui les fait sortir non seulement de leur socle de spécialité mais encore du périmètre de leur formation générale. Ainsi, il n’existe à l’heure actuelle en France que deux géographes spécialistes de la Chine, deux spécialistes du droit chinois, un seul du droit japonais. 

Lorsque la situation se détériore plus encore, nos enseignements sont relégués dans des compositions hybrides ou sont uniquement dispensés dans le cadre de diplômes universitaires (DU). Or ce type de formations très limitées ne permet pas de préparer des étudiants à la poursuite d’études en master ou en doctorat dans les universités qui proposent encore ces diplômes nationaux. Ainsi, pour diverses disciplines, des vides régionaux se créent et les inégalités territoriales se creusent.

Les conditions faites à nos disciplines qui menacent leur dynamisme sur le territoire sont préjudiciables pour les jeunes générations, de ce fait moins bien formées qu’ailleurs en Europe, poussant les meilleurs de ces étudiants à partir à l’étranger (Allemagne, Royaume-Uni, États-Unis, Suisse…), là où les conditions d’accueil, d’enseignement et d’encadrement apparaissent bien plus favorables. 

Cette logique de paucité et de paupérisation nuit gravement à la qualité et la continuité de la production de savoir dans les domaines concernés, qu’il s’agisse de l’intelligence d’autres civilisations, d’une réflexion approfondie sur des phénomènes linguistiques, ou encore d’enquêtes sur le développement de la science hors de l’Europe. 

Il arrive aujourd’hui fréquemment qu’une spécialité ne subsiste plus qu’à la charge d’un enseignant isolé voire non titulaire, qui dans de telles conditions ne peut généralement pas se livrer à des activités de recherche ; la faiblesse quantitative des enseignants-chercheurs de certaines disciplines entraîne l’isolement de ces derniers au sein d’équipes de recherche à large spectre, dans lesquelles leur domaine spécifique se voit condamné à une forme d’invisibilité. Ce déséquilibre a des retombées évidentes sur la politique des contrats doctoraux, qui n’ont guère de chance d’être octroyés aux représentants de ces disciplines au sein des nouvelles générations. 

La conjugaison de ces sombres perspectives et de ces positions marginalisées a pour effet d’assécher le vivier étudiant et d’interrompre à terme la transmission et le renouvellement des savoirs entre générations. Des pans entiers d’une recherche de qualité pour lesquels la France était reconnue s’en trouvent gravement affectés et sont en train de disparaître. Au-delà de nos universités nationales, les réseaux universitaires internationaux s’en trouvent affaiblis. 

Il est donc urgent d’agir. 

Propositions

Seules une réflexion, une action et une coordination concertées au niveau national pourront enrayer cette “spirale du déclin”. Laisser le sort de nos disciplines entre les mains de responsables locaux, au nom de l’autonomie des universités, n’aboutit qu’à pérenniser les grandes disciplines, et à confier celles que nous représentons aux aléas des mandats des présidences et des décanats : soutenues pour 5 ans, rejetées pour 5 ans. Or, une fois qu’un enseignement ou qu’un poste est supprimé pour une discipline, il est très difficile à un nouveau président ou un nouveau doyen de le réinstaurer. 

Pour enrayer ce phénomène, divers pays ont adopté pour ces disciplines une politique de recherche et d’enseignement de long terme et engagé les universités à les protéger avec des moyens d’actions convenus entre le ministère et les présidences. 

Sans remettre en cause les choix allant en France dans le sens d’une plus grande autonomie des universités, nous demandons que des mesures soient prises dans notre pays pour valoriser nos disciplines.

A cette fin, nous souhaitons la pérennisation d’un observatoire des disciplines à petits effectifs d’enseignants-chercheurs jouant un rôle d’analyse et de pilotage d’une politique scientifique à long terme conciliant le local comme le national et dont l’un des objectifs serait de préserver un maillage équilibré sur l’ensemble du territoire.

Par ailleurs, parmi les propositions communes à notre groupe susceptibles d’améliorer la situation de nos disciplines, nous demandons : 

pour la situation des enseignants-chercheurs et la qualité de l’enseignement dispensé :

  • de conserver le nombre de PR et de MCF existant aujourd’hui et de compenser les pertes récentes ; 
  • corollairement de ne pas transformer des postes de PR en MCF, de MCF en PRAG/PRCE etc ;
  • de maintenir les agrégations : l’agrégation du supérieur en histoire du droit (section 03) ; les agrégations du secondaire en langues (sections 8 et 12 à 15) ;
  • de faciliter les mutations ou les mises à disposition afin de renforcer ou de créer des pôles d’enseignement et de recherche pour les enseignants qui le souhaitent ; 
  • de veiller à un meilleur repyramidage des postes MCF/PR, par le biais d’un sur-contingentement de promotion pour les disciplines rares dans les petits et moyens établissements, afin de compenser les difficultés d’évolution de carrière ;

pour la transmission des savoirs, l’attractivité auprès des étudiants et une égalité sur le territoire :

  • afin de préserver la biodiversité à l’université :
  • d’obtenir des contrats doctoraux fléchés pour nos disciplines ; 
  • de conserver les diplômes nationaux pour ces disciplines dans les régions de France ; 
  • de préserver les parcours existants en agissant contre les “violences institutionnelles” de directions d’universités ; 
  • de conserver les volumes horaires de nos disciplines dans la formation initiale (CM et TD) au sein des maquettes d’enseignement ;
  • d’abaisser le seuil du nombre d’étudiants exigé pour l’ouverture des cours dans les diplômes de spécialité des disciplines rares pour éviter par exemple que nombre de langues dites rares ne soient plus enseignées que dans le cadre de diplômes d’universités dont la pertinence est limitée pour former des étudiants au monde du travail comme à celui de la recherche (sections 12 à 15) ;
  • afin de favoriser l’interdisciplinarité :
  • de réglementer les mutualisations des cours pour respecter les spécificités des enseignements (par exemple LLCER/ LEA) et ne pas nuire aux étudiants qui n’ont ni les mêmes connaissances préalables ni les mêmes objectifs d’apprentissage ;
  • de valoriser dans les cursus de licence et de master l’apprentissage des langues à petits effectifs enseignants au lieu de privilégier la seule langue anglaise (voir le décret du 5 avril 2020) ;
  • de favoriser la présence de nos disciplines à des niveaux transversaux des formations (par exemple, l’épistémologie et l’histoire des sciences et des techniques dans les cursus scientifiques, section 72) ;

pour la qualité de la recherche dans nos disciplines en France :

  • de veiller à la représentation de nos disciplines sur l’ensemble du territoire national pour éviter les “déserts du savoir” en les laissant exister seulement sur deux ou trois universités parisiennes ou provinciales, voire disparaître entièrement ;
  • de soutenir les équipes de recherche spécifiques à ces disciplines rares, là où elles existent encore, et de valoriser leurs résultats avec des moyens adéquats (postes ATER, personnels BIATSS de soutien à l’ingénierie de la recherche), ainsi que l’intégration d’enseignants-chercheurs isolés en préservant leurs conditions de travail et leur spécificité ;
  • de favoriser un dynamisme national avec une politique de valorisation et d’appui de nos disciplines dans les diverses institutions de soutien, d’organisation et d’évaluation de la recherche (IUF ; ANR ; CNRS ; HCERES etc.) ;
  • de veiller à une coordination du secondaire et du supérieur qui puisse assurer la qualité de nos disciplines au niveau de l’enseignement comme de la recherche.